Tag Archive for LibreOffice

Mise à jour du Bottin provisoirement suspendue (4ème épisode)
Mise à jour du Bottin provisoirement suspendue (4ème épisode) avatar

Je redémarre pour voir si tout cela fonctionne bien.
Ca démarre mais le système reste en ncurses, pas de gmd3 ni de kdm.

Je retente un : # /etc/init.d/gdm3 restart
Il me dit qu’il n’est pas le gestionnaire par défaut.
=>Pourquoi lorsque je sélectionne kdm comme gestionnaire par défaut n’est-il pas capable de démarrer sur kdm ?
Ce n’est pas normal, un autre bogue.

Donc je ré-initialise gdm3 en tant que gestionnaire par défaut :
# dpkg-reconfigure gdm3
Je sélectionne gmd3
Puis je relance par : # /etc/init.d/gdm3 restart
J’entre mon mot de passe et login et sélectionne KDE
Il démarre mais c’est très long et semble bloqué. J’attends.
Je fini par avoir un message :
« The following installation problem was detected while trying to start KDE:
$HOMe directory (/home/goupildb) is out of disk space.
KDE is unable to start ».

Je suis maudit du slip ou quoi?
Retour sous la console avec Ctr Alt F1
Je vais devoir essayer de dépanner la clé de dépannage :).
Je cherche sur le net cette commande – que j’ai oublié, pour voir la place disponible sur un disque : c’est « df ».
je saisi : # df
/dev/disk/by-uuid/(uuid de la clé)
taille : 7334612
Util. : 7334612
Disponible : 0
Uti% : 100%
Monté sur /
Ok je comprends, je compatis ma pauvre.
Merci tasksel qui ne vérifie rien avec son « environnement de bureau Debian »

Opération commando à la tronçonneuse : # rm -r /usr/lib/libreoffice
# df
=>çà n’a pas changé d’un iota, inquiétant.
Là si çà ne change pas, c’est pas normal :
# cd /var/cache/apt/archives/
# rm *
# df
/dev/disk/by-uuid/(uuid de la clé)
taille : 7334612
Util. : 6004968
Disponible : 957064
Uti% : 87%
J’aime mieux çà.

Je redémarre :
# /etc/init.d/gdm3 restart
et me logue : çà marche.
Je m’en vais vite fait enlever ce qui m’a encombré la clé, avec synaptic (d’autant que libreoffice ne va plus fonctionner).
J’essaie de supprimer libreoffice : il me propose de désinstaller GNOME. A ben non. GNOME – même si je ne l’utilise pas au quotidien, j’aime bien quand même, en plus il peut me servir de dépannage si KDE plante (déjà arrivé il y a longtemps), en plus j’utilise plein d’applications développées pour GNOME (Synaptic, gedit et j’en oublie). J’essaie donc de supprimer çà au détail, et je fini par casser la chaîne :
Je ne sais pas comment appeler cela, sous Synaptic vous essayez de désinstaller ou installer des paquets et parfois (très souvent ces derniers temps) l’un des paquets passe en statut « Cassé » (un petit carré rouge apparaît près du nom du paquet supposé « cassé »).
Là c’est mort, autant quitter Synaptic tout de suite, plus moyen de réparer quoi que ce soit, il ne veut plus rien savoir.
En fait le paquet n’est pas réellement cassé puisque rien n’a encore été appliqué, mais Synaptic n’en fait qu’à sa tête.
Lorsque vous tentez d’appliquer les changements vous obtenez les messages suivant :
« E:Erreur, pkgProblem::Resolv a généré des ruptures, ce qui a pu être causé par les paquets devant être gardés en l’état.
E:Impossible de corriger les dépendances » (message répété x fois).
Je suis presque content que çà m’arrive ici, parce que si çà m’est arrivé antérieurement sur d’autres installations (j’avais précisé que je ne voulais pas qu’il me mette un paquet à jour car c’était un paquet important et que j’avais eut des expériences malheureuses à sa mise à jour, et donc voulais garder le contrôle là-dessus, pour éviter une mise à jour par inadvertance) et donc semé le doute (si ce n’était pas mes blocages de paquets qui généraient mes soucis), ici je suis sûr et certain que ce n’est pas le cas : c’est donc un autre bogue. Oui monsieur.

=> et bien voilà encore une idée d’amélioration les gars :). Corriger Synaptic avec sa théorie des paquets cassés.
Bon, je vais essayer d’être constructif et de ne pas trop critiquer, car les gars font un boulot fantastique de manière désintéressée, il ne faut pas casser çà.
Je profite simplement de ma petite tribune pour faire passer le message : « il y a encore des trucs super agaçants sous Linux, qui ne requièrent pas forcément beaucoup de boulot (je n’en sais rien en fait), mais çà vous pourri l’existence – en plus de nous faire perdre des utilisateurs Linuxiens par paquets de mille, et j’ai l’impression qu’ils sont passés à la trappe (ces petits bogues, comme les utilisateurs novices), dans le flot ininterrompu d’autres petits bogues pas forcément primordiaux à réparer en premier ».
L’intérêt de mes épanchements / lavages de linges sales en public – de mon point de vue, c’est que je démarre avec un système tout neuf, up-to-date, en Debian stable (wheezy je crois), pas perturbé par des centaines/milliers d’installations de paquets qui peuvent éventuellement avoir pollués/compliqués le système, ou de configurations alambiquées et non représentatives des autres utilisateurs. C’est assez rare pour ne pas en profiter.
Tant pis, je ne fais aucune concession sur mes commentaires, l’objectif est d’être honnête, de dire ce qui ne va pas, et de faire un état des lieux et surtout d’être constructif.

Bon, je reprend.
Je redémarre synaptic et tente de supprimer le paquet libreoffice sans enlever les autres paquets libreoffice-*
Il accepte, mais j’obtiens en console :
« L’interface GTK a besoin de python-gtk2 et python-glade2.
Ces modules n’ont pas été trouvés. Retour à l’afficheur page a page
L’erreur est:No module named glade
Lecture de la base de données… 148785 fichiers et répertoires déjà installés.
Suppression de libreoffice …
W: A attendu dpkg –assert-multi-arch mais il n’était pas présent -dpkgGo (10: Aucun processus enfant) »
Je clique sur « Fermer ». Punaise, déjà 150 000 fichiers en quelques clics.
Réflexions :
=> si l’interface GTK a besoin de python-gtk2 et python-glade2, pourquoi ils ne sont pas installés avec les dépendances ?
=> c’est « de la vente gratuite forcée », je m’explique : je ne peux pas installer GNOME sans installer libreoffice. Dommage d’avoir un système plus léger que KDE (enfin il me semble, je n’en sais rien en fait) et d’être obligé d’installer libreoffice très lourd – mais très bien, alors qu’il y a d’autres alternatives tel que abiword, beaucoup plus léger.
=> c’est un peu le travers du système de dépendances de paquets : on se retrouve parfois avec des paquets dont l’installation nous semble étrange et sans rapport direct et apparent avec les besoins. De plus ça pose régulièrement des soucis à la mise à jour sous Debian Sid (vous souhaitez mettre à jour un paquet, mais ses dépendances n’ont pas encore de mise à jour disponible).

Je m’apprête à installer :
python-gtk2 : il est déjà installé
et python-glade2 : il n’est pas installé. Je l’installe.
Juste au cas où (ma clé USB était pleine, peut-être qu’il y a eut des trucs qui n’ont pas pu s’installer), je quitte Synaptic et lance en console :
# apt-get -f install
(…)
0 mis à jour, 0 nouvellement installés, 0 à enlever et 0 non mis à jour.
Pas de soucis côté installation. Tout à l’air normal.

Retour à Synaptic : j’ai laissé libreoffice-common (pas le choix), je tente ma chance avec la désinstallation de Gimp, gnome-games et inkscape. Vous allez rire : même chose.
J’y repense : gnome est un meta-paquet (un paquet factice permettant d’installer un ensemble cohérent de paquets).
Je tente sa désinstallation, çà ne devrait pas désinstaller tout GNOME, çà dit juste que GNOME ne sera pas tout à fait complet.
Je vous passe la nouvelle rupture sous Synaptic, faut que je m’y prenne petit à petit à désinstaller quelques paquets, appliquer les changements, et resélectionner d’autres paquets pour que çà passe. Je fais çà au moins une dizaine de fois par an sous Debian Sid.
Çà fonctionne j’arrive à désinstaller Libreoffice, Gimp, gnome-games et inkscape. C’est un crève coeur, mais c’est une clé de dépannage : j’ai pas assez de place pour jouer. Il faudrait une clé de plus de 8Go pour çà.
# df
(…)
Util. : 7334612
Disponible : 5765668
Uti% : 83%
Je n’ai gratté que 4%/0.32Go sur ma clé de 8Go. Pas terrible.
J’étais médisant à propos de Libreoffice, Gimp, gnome-games et inkscape : çà ne prend pas énormément de place.

Ca me donne l’idée d’installer filelight (génial cet utilitaire pour voir l’utilisation de l’espace disque.
J’installe aussi

Je lance filelight.
Ah d’accord, les consommateurs ne sont pas ceux que l’on croient :
/var/log/syslog : 765Mo (14%)
/var/log/daemon.log : 765Mo (14%)
Je jette un oeil à ces fichiers, je ne vois rien de transcendant :
plein de messages de gnome-session, modem-manager, NetworkManager, dbus.
=>Autre remarque : tout ces messages n’ont la plupart du temps aucun intérêt pour l’utilisateur lambda. 1.5Go pris pour répéter la même chose (voir ci-dessous). Il n’a qu’à le dire une fois, çà suffit, on n’est pas sourd/aveugle. Il ne peut pas détecter qu’il l’a écrit une fois ?

Résumé des messages :
« ModemManager (version 0.5.2.0) starting …
Could not acquire the org.freedesktop.ModemManager (…) (des milliers de fois)
idem pour dbus.
Direction Synaptic : je désinstalle le paquet modemmanager
(service D-Bus pour la gestion des modems : ce paquet fournit une interface D-Bus pour communiquer avec les périphériques mobiles à haut-débit tel que GSM, CDMA, UMTS, etc… Il fournit également des correctifs pour pouvoir utiliser networkmanager avec le gestionnaire de modems, selon Synaptic) : quelle horreur, je n’ai rien de tout çà et il me pourri ma clé USB avec ses messages, allez hop, je désinstalle.
=> Pourquoi est-il installé ce paquet ?

J’installe :
kde-l10n-fr : KDE c’est plus agréable dans ma langue maternelle.
kdf (KDiskFree) : très bien aussi pour avoir un aperçu des partitions et de leur utilisation et il a une petite alarme qui peut prévenir en cas de saturation des partitions (sauf que la dernière fois il ne m’a pas dit que ma partition était pleine et j’ai perdu une bonne partie de mon travail, mais globalement il est très bien).
gparted : super pratique dans la réparation pour voir quels sont les autres disques disponibles et l’occupation des disques.

A suivre.