L’observatoire des dysfonctionnements de ma Debian Sid (MAJ : 16/02/2019)

Météo de la période

Météo de ma Debian Sid (19/01/2019 ➤ 16/02/2019) : ⛅
(🔆 ⛅ ☔ ⚡ 💥)

Résumé des changements :

– Un nouvel outil découvert : un nouveau client Mastodon : Whalebird. Verdict après quelques essais : très bien. Un petit bug découvert le 16/02/19, Whalebird a parfois des soucis avec les liens Mastodon (exemple : lorsque l’on clique sur @bts, un lien pointant sur https://peertube.social/accounts/bts : Whalebird n’ouvre pas de fenêtre vers cette page, alors que Tootle l’ouvre sans problème).

– Je conserve le petit “⛅” tant que Caja plante à la copie d’un répertoire. Même si ce n’est pas un dysfonctionnement important (car je peux réaliser la même opération avec Nautilus sans qu’il plante), à la longue c’est gênant.

(Ci-après : les paragraphes notés comme “RESOLU” sont effacés sur la session suivante)


Pourquoi cette page ?

Ma conclusion est que les dépôts Européens de Debian Sid (que j’utilisais depuis de nombreuses années) ne sont pas utilisables en production (dysfonctionnements répétés de paquets importants pouvant conduire à des plantages sérieux). J’ai aussi rencontré des problèmes sérieux (mais plus rares) sur ces mêmes dépôts en version stable.

Les dépôts Américains sont bien plus fiables pour cette même version Debian Sid (même s’ils rencontrent eux aussi des bugs réguliers – c’est une version de développement, ne l’oublions pas). J’ai acquis une grande confiance en ces derniers à l’usage.
Bravo aux Américains !

Pour rappel, le contenu exhaustif (pas une ligne de plus) de mon fichier /etc/apt/sources.list :
deb http://ftp.us.debian.org/debian/ sid main contrib non-free

Je suis – d’une manière générale et sur la durée, satisfait de ces dépôts et de ma distribution Debian Sid.
Néanmoins cela n’empêche pas des dysfonctionnements ponctuels et/ou récurrents, tout à fait supportables. Je me suis décidé à les lister, dans l’espoir que çà puisse servir à quelqu’un (au moins pour alerter les développeurs et conforter éventuellement certains utilisateurs dans leurs doutes).
J’ai ajouté les dates de survenue de ces dysfonctionnements, car je pense que la durée de leur résolution est aussi un paramètre entrant en compte dans le degré d’insatisfaction de l’utilisateur.
Notez que je fais ici volontairement l’amalgame entre les dysfonctionnements liés directement à la distribution Debian (démarrage, packaging, configuration) et ceux liés à d’autres projets externes (CUPS, SANE, MATE, …).

L’idée est d’exprimer le ressenti de l’utilisateur (en l’occurrence moi dans mon coin) lorsqu’il utilise une distribution Linux Debian Sid 64-bit.

J’utilise le terme “dysfonctionnement” plutôt que “bug” pour englober également d’éventuels problèmes de paramétrages.

J’ai donc créé cette page au titre un peu pompeux, mais qui traduit une volonté de transparence pour tenter d’améliorer les choses (ma modeste contribution). Et puis j’aime quand çà marche.


Historique des dysfonctionnements importants survenus

Debian Sid (dépôt US) – mise à jour de tous les paquets quotidiennement : 2 ans +14 mois sans plantage (depuis le 01/06/16).

Préambule :

Le 13/10/2018, après avoir reçu de nouveaux disques durs de capacité plus élevée, j’en ai profité pour migrer ma distribution en 64-bit (elle était en 32-bit). J’ai donc opté pour une ré-installation complète d’une Debian Sid 64-bit sur ces disques vierges.

Cette réinstallation pourrait clore la comptabilisation effectuée sur la période précédente (2 ans et 4.5 mois sans plantage sérieux), mais j’ai décidé de poursuivre ce suivi, parce que cet historique me semble intéressant (cela me semble un bon panel, non exhaustif, des possibilités de pannes à la mise à jour). Il est vraisemblable qu’un jour tout ceci appartiendra au passé et que j’effacerai cet historique.

Dysfonctionnements sérieux dans la période ci-dessus :

Debian 32-bit :

  • j’ai évité de peu un gros plantage avec udev 232-1 le 4 novembre 2016, mais le dysfonctionnement du paquet était signalé par une erreur à l’installation
  • j’ai évité de peu un gros plantage à la mise à jour (mise à jour importante) de mon PC relié à internet le 7 décembre 2017 suite au plantage de Synaptic. Après la mise à jour de nombreux paquets (vraisemblablement une centaine, voir davantage) sur ce PC, synaptic était devenu complètement léthargique. Dans la liste il y avait des paquets importants tel que libc6. Je l’ai laissé poursuivre une nuit complète et l’ai retrouvé dans le même état le lendemain. La solution aura été de fermer brutalement Synaptic (par un kill -9 en console) et de lancer en console un “# dpkg –configure -a”, suivi d’un “# apt-get -f install” pour terminer manuellement la configuration avant de redémarrer. Le redémarrage suivant a très bien fonctionné.
  • j’ai évité de peu (par chance) un gros plantage le 5 Janvier 2018, suite à un dysfonctionnement probable de la création des ramdisks (fichiers /boot/initrd.img-version_noyau) après la mise à jour de bibliothèques (e2fslibs, e2fsprogs, libc-bin, libc-dev-bin, libc6, libc6-x32, multiarch-support) la veille :
    • le noyaux Linux 4.13.0-1-686-pae ne démarre plus (“kernel panic” au démarrage du système, alors qu’il fonctionnait jusque là, et que son fichier /boot/initrd.img viens d’être mis à jour) le 4.14.0-2-686-pae (fraîchement installé) ne fonctionne pas non plus (même message).
    • par chance, le noyau 4.12.0-1-686-pae fonctionne encore (son fichier /boot/initrd.img n’a heureusement pas été mis à jour).
    • le 7/1/2018, mise à jour de binutils & dérivés et du noyau linux en version linux-image-4.14.0-3-686-pae : ne marche toujours pas.
    • le 31/01/2018, mise à jour des paquets : binutils, binutils-common, binutils-dev, binutils-i686-linux-gnu, binutils-multiarch, libbinutils, libdbus-glib-1-2, libevdev2, libnss-systemd, libpam-systemd, libsystemd0, libudev1, systemd, systemd-sysv, udev.
      et là le noyau linux-image-4.14.0-3-686-pae fonctionne (ainsi que le noyau 4.12.0-1-686-pae), mais toujours pas le 4.13.0-1-686-pae.
  • le 16/05/2018, perte de la synchronisation des montages RAID de mes disques durs après la mise à jour de mdadm (en version 4.1~rc1-1) et dans le même temps, mise à jour automatique de Grub, et ce dernier ne trouve plus les montages RAID et ne parvient donc plus à mettre à jour son fichier de configuration. Là encore j’ai frisé la galère de me retrouver avec un système qui ne démarre plus (j’avais heureusement remarqué le message d’anomalie de Grub, noyé au milieu de nombreux autres messages informatifs, et ai donc pu agir avant le redémarrage de ma distribution).

Précisions : pour diminuer la fréquence des bugs liés aux mises à jour, j’avais bloqué (sous Synaptic) la mise à jour de certains paquets, préférant contrôler moi-même leur installation, quand je l’estime opportun. J’ai ainsi bloqué les paquets suivants : le dernier noyau linux fonctionnel avec les paquets annexes de la même version (car il n’est pas si rare qu’une mise à jour désinstalle une version fonctionnelle pour installer une version mineure buguée, donc quand ça marche je bloque, “le mieux est souvent l’ennemi du bien”), mdadm (inutile de risquer une désynchronisation des disques pour une version mineure), tellico (la 3.1-0.3 fonctionne très bien et les mises à jour apportent peu de nouvelles fonctionnalités) et timidity (la dernière mise à jour avait coupé le son de ma Debian).

Debian 64-bit :

  • le 13/10/2018, après avoir installé une version minimaliste (netinstall à partir d’une clé USB) de la Debian Stable 9.5.0 sur des disques vierges, j’ai changé (avec l’éditeur nano) l’adresse des dépôts (dans /etc/apt/sources.list) pour que ma distribution puisse accéder aux paquets de la Debian Sid (l’idée était de ne pas perdre de temps à télécharger inutilement de nombreux paquets de la Stable pour les passer ensuite en Sid). Ensuite j’ai lancé la grosse cavalerie : l’installation de xserver-xorg, kde, gnome, mate, lxde, … et après 2-3h tout s’est terminé sans erreur affichée. Mais j’ai constaté que la commande apt ne fonctionnait plus (plutôt gênant sous Debian :). Le problème venait d’apt, utilisé pour la mise à jour, il était resté dans son ancienne version (en 1.4.8), au lieu de migrer lui-aussi dans sa version la plus récente (en 1.7.0). De ce fait, il ne parvenait plus à communiquer avec libapt-pkg5.0 (en 1.7.0).

Mon seuil de tolérance : dysfonctionnements éventuels (en Debian Sid c’est normal) et éventuellement plus d’interface graphique mais à minima le système démarre (au besoin sur un ancien noyau – qu’il faut toujours garder en réserve sous Grub), permet la saisie de commandes, l’accès aux données et à internet.


Bilan de la période

Les points négatifs (dysfonctionnements) dans la période du 19 janvier 2019 au 16 février 2019 :

Pas d’autres dysfonctionnements dans la période.
 

Les points positifs (dysfonctionnements résolus, nouveautés) dans la période du 19 janvier 2019 au 16 février 2019 :

Pas d’autres dysfonctionnements résolus dans la période.
 

Quelques applications sympas testées dans la période du 19 janvier 2019 au 16 février 2019 :

Ne pouvant me résoudre à supprimer les informations de cette rubrique une fois la période écoulée, j’ai créé une page sur le WIKI du Bottin pour les rassembler.

Je viens de tester ce soir (le 11/02/2019) un nouvel outil qui me semble très intéressant :
Whalebird (GitHub) est un client Mastodon (et Pleroma) qui n’a rien à envier à Tootle – que je n’ai pas abandonné et aime beaucoup, mais 2 bons clients valent mieux qu’un seul.
Comparatif par rapport à Tootle :
😐️ : Whalebird s’intègre lui aussi très bien au bureau Gtk
😕️ : Whalebird prend un peu plus de place sur le bureau du fait de la disposition de ses onglets (mais ceux-ci sont masquables, donc il est à peine plus encombrant). Il n’est pas dans les dépôts Debian, mais un paquet Debian/Ubuntu (64-bit) est disponible et il fonctionne bien (c’est celui que j’utilise).
😊 : Le rendu des messages de Whalebird est de meilleur qualité. Il intègre les émoticons, permet un filtrage facile des hashtags, permet de créer des listes, la fonction de filtrage des pouets est plus évoluée (sous Tootle il y a juste une fonction “Chercher”), l’interface est plus évoluée sur plusieurs autres points (la barre de défilement n’a pas tendance à se masquer comme avec Tootle, les images sont mieux gérées, …).
Bref, il devient mon client Mastodon par défaut (avec Tootle en secours).

😕️ : Un petit bug découvert le 16/02/19, Whalebird a parfois des soucis avec les liens Mastodon (exemple : lorsque l’on clique sur @bts, un lien pointant sur https://peertube.social/accounts/bts : Whalebird n’ouvre pas de fenêtre vers cette page, alors que Tootle l’ouvre sans problème).

(pas d’autre / de nouveau test)

 


Dysfonctionnements toujours d’actualité

(PEU IMPORTANT) Le gestionnaire de fichier Caja plante lorsque l’on tente de copier un fichier par Ctr C + Ctrl V, depuis le 21/01/2018

Depuis le 21/01/2018 (mais peut-être 1 jour ou 2 avant, car je ne l’avais pas remarqué), à chaque fois que je tente de copier un fichier sous Caja par un Ctrl C, le Ctrl V le fait planter (sans message d’erreur en console). La même opération sous Nautilus fonctionne bien (mais je n’aime pas Nautilus : bien qu’il soit assez joli, je trouve ses menus/fonctionnalités d’un autre âge).
J’ai tenté de le lancer à partir d’une console, mais il rend la main (il ne plante pas, mais le curseur est à nouveau disponible) dès qu’on le lance et quand il plante il n’affiche aucun message.

(NOUVEAU le 02/02/19) Quelques précisions :
À noter qu’il ne plante pas à la copie d’un fichier mais plante à la copie d’un répertoire.

Dans ~.xsession-errors je trouve (entre autres messages) :

Après un 1er plantage de caja :
(caja:2723): GLib-GIO-CRITICAL **: 16:29:37.297: g_file_query_info: assertion ‘G_IS_FILE (file)’ failed

(caja:2723): GLib-GIO-CRITICAL **: 16:29:37.297: g_file_get_basename: assertion ‘G_IS_FILE (file)’ failed
Initializing caja-image-converter extension
Initializing caja-xattr-tags extension
Initializing caja-open-terminal extension
RuntimeError: object at 0x7f586efa28c0 of type RenameMenu is not initialized
RuntimeError: object at 0x7f586efa28c0 of type RenameMenu is not initialized
kdeinit5: PID 2376 terminated.
RuntimeError: object at 0x7f586efa28c0 of type RenameMenu is not initialized
RuntimeError: object at 0x7f586efa28c0 of type RenameMenu is not initialized
RuntimeError: object at 0x7f586efa28c0 of type RenameMenu is not initialized

après un autre plantage :
(caja:2885): GLib-GIO-CRITICAL **: 16:42:57.706: g_file_query_info: assertion ‘G_IS_FILE (file)’ failed

(caja:2885): GLib-GIO-CRITICAL **: 16:42:57.707: g_file_get_basename: assertion ‘G_IS_FILE (file)’ failed
Initializing caja-image-converter extension
Initializing caja-xattr-tags extension
Initializing caja-open-terminal extension
RuntimeError: object at 0x7f912e5a28c0 of type RenameMenu is not initialized
RuntimeError: object at 0x7f912e5a28c0 of type RenameMenu is not initialized

(PEU IMPORTANT) GnuTLS v.3.6.5 n’est pas considéré comme stable et n’est pas reconnu par FileZilla (plus de connexion possible en TLS), depuis le 17/12/2018

Hier le 18/01/2018, je me suis aperçu que FileZilla refusait la connexion au site du Bottin (pour l’upload de mes pages sur Tuxfamily). En fouillant un peu, j’ai fini par trouver le coupable : GnuTLS.

GnuTLS en version 3.6.5 n’est semble-t-il pas stable d’après le forum FileZilla. Visiblement FileZilla ne reconnaît donc pas cette version et refuse la connexion FTP en TLS (par défaut). Pour résoudre le problème je suis donc contraint pour l’instant à une connexion FTP simple (non sécurisée).
J’ai tenté de downgrader les paquets fautifs qui avaient été mis à jour de la 3.5.19 à la 3.6.5 le 17/12/2018 :
libgnutls-dane0 (3.5.19-1+b1) to 3.6.5-2
libgnutls-openssl27 (3.5.19-1+b1) to 3.6.5-2
libgnutls28-dev (3.5.19-1+b1) to 3.6.5-2
libgnutls30 (3.5.19-1+b1) to 3.6.5-2
libgnutls30:i386 (3.5.19-1+b1) to 3.6.5-2
libgnutlsxx28 (3.5.19-1+b1) to 3.6.5-2
Mais j’ai dû renoncer car ces paquets sont bien enracinés dans l’OS (si j’ose dire 🙂 ): leur downgrade signifie le downgrade d’apt et de nombreux autres, le risque était grand de finir par casser ma distrib, il me semble plus sûr d’attendre que ça se résolve tout seul (ou presque, un grand merci aux nombreux développeurs Debian et autres) avec les mises à jour quotidiennes.

(PEU IMPORTANT) 2 écrans détectés alors que je n’en ai qu’un seul (1 écran HP LP3065 nécessitant 2 prises HDMI), depuis le 01/01/2019

J’ai changé d’écran dans la période : je n’ai plus 2 écrans de 22″, mais un unique écran de 30″ (en 2560×1600, requérant la connexion de 2 prises HDMI sur ses entrées) : je ne pourrais donc plus tester le fonctionnement des applications sur 2 écrans. Mais ceci n’a à présent plus d’intérêt car il n’y a plus de problème de gestion de l’affichage avec 2 écrans sous Linux, ça fonctionne très bien.

Par contre l’utilisation de cet écran particulier avec ses 2 prises HDMI (un HP LP3065) m’a fait découvrir un nouveau (petit) dysfonctionnement : Debian détecte 2 écrans de 30″.

Ça se traduit par :

– certains gestionnaires de démarrage ne sont plus opérationnels : lightdm fonctionne bien (car il affiche le gestionnaire de connexion sur l’écran où se trouve le curseur, donc ça ne se voit pas) et sddm aussi, mais les autres ne fonctionnent pas / plus (gdm3, slim, wdm) (kdm n’est plus en dépôts, remplacé par sddm).
Personnellement je trouve que lightdm dans sa version de base, est moche et pas pratique, c’est une usine à gaz (il est censé se paramétrer dans /etc/lightdm mais je n’y suis pas parvenu) et il est pénible de saisir à chaque fois son identifiant. L’installation des paquets de thèmes complémentaires ne change rien. Il y a un début d’intégration sous MATE (dans le Centre de Contrôle) mais çà ne fonctionne pas sur mon installation.
Côté sddm (orienté KDE), c’est pas mieux, la version de base est également moche, et il n’est pas intégré au Centre de Contrôle, mais il dispose lui aussi de plein de thèmes en dépôts et je suis parvenu à changer son thème initial pour un thème bien plus sympathique. J’utilise le thème breeze, très joli (ne me demandez pas comment je suis arrivé à le sélectionner, j’ai essayé plein de trucs qui ont plus ou moins plantés et finalement ce thème est installé et fonctionne bien, ça me suffit). Je n’ai plus besoin de saisir mon identifiant (je n’ai pas besoin d’un système aussi sécurisé, je ne suis pas dans un open space).

– dans le Centre de contrôle ➜ Affichage : je vois 2 écrans : j’ai déclaré le 2nd écran comme “éteint” pour éviter qu’il affiche des applications dessus, que je ne pourrai pas voir.
Je pensais résoudre le problème en modifiant le fichier /etc/X11/xorg.conf, mais j’ai un (dix ?) train(s) de retard : ça fait longtemps que ce fichier n’existe plus et qu’il est remplacé par un mécanisme de détection automatique du matériel (bien plus moderne et pratique).
D’après mes lectures sur la toile, on peut encore configurer manuellement Xorg (et le fichier créé sera prioritaire sur le mécanisme de détection), mais :
1. j’ai la flemme de le faire (rechercher où il faut le mettre, le paramétrer correctement avec les risques qu’une nouvelle mise à jour casse encore tout ça),
2. j’aurais préféré que mon OS détecte tout seul qu’il n’y a qu’un seul écran et pas 2.

Donc peut-être qu’un jour je le ferai mais pour l’instant, j’arrive à me débrouiller, je laisse comme ça.

(IMPORTANT) Le blocage des paquets sous Synaptic v. 0.84-2 est rendu inopérant avec unattended-upgrades v. 0.99, constaté le 12/02/2018 .J’avais émis un rapport de bug n°#890668 sur le paquet unattended-upgrades v. 0.99, du fait qu’il mettait à jour tous les paquets Debian – y compris les paquets importants et ceux qui étaient bloqués sous Synaptic. Le mainteneur du paquet m’avait alors répondu que ce n’était pas à proprement parlé un bug de unattended-upgrades, mais un changement de comportement réalisé sciemment à sa version 0.99, afin de répondre aux bugs #597061 et
#787945. Il m’avait aussi précisé que pour bloquer la mise à jour d’un paquet il fallait utiliser la commande : # apt-mark hold (package name).

M’apprêtant à rédiger un rapport de bug pour Synaptic (pas normal d’avoir une fonction de blocage de paquet qui ne soit pas “waterproof”), j’ai
constaté qu’un rapport de bug (le n°#276655) intitulé “synaptic: ‘lock version’ harmful; replace with dpkg holds, existait déjà, avec un statut confirmé, et que de plus il n’était pas tout jeune, puisqu’il atteignait l’âge canonique de 10 ans (Thanks for looking into this almost 10 year old bug d’après monsta@inbox.ru).

Je l’ai donc amandé par une proposition. Pour faire simple, je reprend l’idée qui m’avait été suggérée par le mainteneur du paquet unattended-upgrades en l’appliquant à Synaptic (faire appel à la fonction “apt-mark hold (package name)” pour bloquer les paquets, ce qui permettra d’éviter qu’il ne soient mis à jour par le paquet unattended-upgrades). Malheureusement je ne suis pas sûr que ma suggestion soit audible, vu le nombre de messages avant le mien et l’âge du bug. Je laisse donc ici ce paragraphe et me prépare à ce qu’il reste un bon bout de temps (jusqu’à ce que mort s’en suive :))
Dans l’attente, j’ai désinstallé le paquet unattended-upgrades. Le responsable de ce paquet m’avait indiqué qu’il essaierait de faire
quelque-chose pour ce problème (mise à jour d’unattended-upgrades). Donc c’est un point que je regarderais aussi.
➯ Pas de nouveau test dans la période.
➯ Le 03/11/2018 j’ai tenté de ré-installer unattended-upgrades dans sa dernière version, mais il me signale :
bogues de gravité serious sur unattended-upgrades (→ 1.6)
b1 – #905877 – regression in 1.4: upgrades random packages from testing to experimental (doesn’t respect pinning?)
b2 – #910874 – unattended-upgrades removes packages even if
Résumé :
unattended-upgrades(2 bogues)
Êtes-vous certain(e) de vouloir installer/mettre à jour les paquets ci-dessus ? [Y/n/?/…] n
➯ Le 19/01/2019 : même message, le souci est toujours en attente de résolution.

(PEU IMPORTANT) Quelques dysfonctionnements constatés sur le gestionnaire de fenêtre Budgie 10.4, constaté le 05/01/2018.
j’ai testé un nouveau gestionnaire de fenêtre, Budgie (en dépôt Debian, site , GitHub), que j’ai utilisé pendant un temps quotidiennement en remplacement de MATE (que j’aime aussi beaucoup). Budgie est extrêmement bien pensé (ça sent le REX), beau, moderne, intuitif, rapide (peut-être même plus que MATE). En un mot, au premier abord : Génial.

Avec le temps et sa mise à l’épreuve quotidienne, mon impression est devenue plus négative, le trouvant moins bien que MATE, du fait de quelques dysfonctionnements devenant frustrants à l’utilisation :

• (très gênant) le lanceur d’applications de Budgie semble bugué sur l’un de mes PC :
– sur mon PC goup2net, son menu est séparé en deux, avec d’un côté ce qui ressemble à un historique (inutilisable) d’utilisation de répertoires d’applications (dont nombreux n’existent même plus sur mon PC), et de l’autre il y a tout un tas d’icônes en vrac. Il y a peut être un moyen de changer cela, mais je n’ai pas trouvé (j’y ai passé beaucoup de temps).
– sur mon autre PC (goup3) son fonctionnement me semble cohérent : son menu est constitué de répertoires avec des icônes.

• (gênant) le gestionnaire d’applications lancées au démarrage ne me semble pas très fiable : des applications désactivées lors d’une session réapparaissent parfois à la session suivante.

• (gênant) le lanceur d’application (par Alt F2) est de qualité médiocre, il tient sur une ligne et ne permet de lancer que des applications avec lanceur (je ne peux pas lancer “gdebi caja” pour l’avoir en root par exemple, je suis obligé de lancer cette commande en console).

• (peu important) il y a moins de personnalisation de bordures de fenêtres (il y en a plein, mais beaucoup ne fonctionnent pas).

• (peu important) Le paramétrage de l’Arrière-plan du bureau me semble perfectible :
⚬ le fond d’écran pour “Écran verrouillé” ne semble pas fonctionner (malgré mes changements, il affiche toujours le fond standard Debian, je me demande si ce n’est pas un logiciel de verrouillage externe qui s’affiche à la place).
⚬ sélection de l’arrière-plan :
– je ne suis pas parvenu à afficher le même fond d’écran (en 3840×1200) sur les 2 écrans à la fois (j’ai 2 écrans de résolution 1920×1200 disposés côte à côte, sous Budgie il affiche donc 2 fois le même fond, alors que sous MATE je pouvais afficher un seul fond d’écran qui s’affichait dans la continuité sur les 2 écrans : l’effet était nettement plus réussi),
– il n’est pour l’instant pas possible de choisir un autre dossier que ~/Images (or mon HOME est déjà bien rempli, je n’ai pas envie de l’encombrer davantage avec des images en nombre et taille importants).
– le papier peint automatique (évolue au cours de la journée) ne semble pas fonctionner (il affiche un écran bleu) ou alors il faut peut être attendre très longtemps.

• (peu important) la molette de la souris fonctionne à l’envers et je n’ai pas trouvé comment changer cela (incroyable).

Je continue à utiliser Caja (pour le gestionnaire de fichier, bien plus convivial que le vieux Nautilus dont il est dérivé) et Gedit (éditeur,
au lieu de Pluma, car j’ai parfois constaté des problèmes avec son ascenseur).

Globalement ce gestionnaire me semble moins robuste que MATE (qui l’est moins que LXDE ou LXQT)
➯ Pas d’amélioration visible le 19/03/2018.
➯ Pas d’amélioration visible le 29/07/2018.
➯ Pas de nouveau test dans la période.

(PEU IMPORTANT) Affichage incomplet du nom des fichiers dans certains répertoires avec Caja et Nautilus, constaté le 01/12/2016.

Lorsque je visualise le contenu du répertoire /usr/share/applications/ sous Caja ou sous Nautilus, certains fichiers apparaissent en 2, 3 voir 4 exemplaires, ce qui n’est absolument pas le reflet de la réalité.
Visiblement il s’agit d’un problème d’affichage du raccourci (les noms sont tronqués).
Exemple des raccourcis Banshee :
Lorsque je lance en console la commande suivante :
$ cd /usr/share/applications
$ ls – l
(…)
-rw-r–r– 1 root root 166 juil. 12 2014 bambam.desktop
-rw-r–r– 1 root root 8842 déc. 10 15:55 banshee-audiocd.desktop
-rw-r–r– 1 root root 10647 déc. 10 15:55 banshee.desktop
-rw-r–r– 1 root root 8839 déc. 10 15:55 banshee-media-player.desktop
-rw-r–r– 1 root root 1792 déc. 22 2015 bareftp.desktop
(…)
Il y a 3 raccourcis différents correspondant à banshee. Lorsque je visualise ces raccourcis sous Nautilus ou Caja, il affiche 3 fois de suite le raccourci “Banshee” (il n’affiche pas “-audiocd” ni “-media-player”).
➯ Pas d’amélioration le 19/03/2018. Voilà un bug mineur parti lui aussi pour fêter ses 10 ans 🙂
➯ Pas d’amélioration le 19/01/2019.

(PEU IMPORTANT) L’impression avec CUPS n’est pas fiable sur mon installation, depuis des années (10 ans ?)
J’ai une imprimante-scanner multifonction EPSON Stylus SX235W. Par périodes tout fonctionne bien, et d’autres – comme en ce moment, je
lance une impression et rien ne se passe. La technique généralement efficace est de désinstaller l’imprimante sous mon navigateur internet
(http://localhost:631) : c’est pénible, mon ressenti en tant qu’utilisateur est que je n’arrive jamais à utiliser mon imprimante quand j’en ai besoin.
SCOOP : En fait la meilleur technique que j’ai trouvé, est de ne plus utiliser mon imprimante 🙂 .
Gros avantages, çà me coûte moins chère en cartouches d’encre qui sèchent même si je ne les utilise pas, et c’est certainement meilleur pour la planète. Mais il est vrai que c’est agaçant d’avoir un matériel non fonctionnel.

Déroulement du test (le 01/08/2016, retesté le 26 octobre) : sous Pluma je saisi un petit texte sur le PC du Bottin internet (pour être au plus prêt de l’imprimante), démarre mon imprimante à jet d’encre sur le PC internet, son voyant de fonctionnement clignote puis passe au vert fixe, je lance l’impression, le voyant clignote à nouveau – m’indiquant qu’il a bien reçu les commandes d’impression, mais reste clignotant, il ne se passe rien et aucun message n’est affiché nulle part.
➯ Problème confirmé le 12 novembre (PC mis à jour sans Synaptic, via “# apt update” et “# apt upgrade”).
➯ Problème confirmé le 3 janvier 2017 : Synaptic est à présent fonctionnel sur ce PC. Pour effectuer un test complet, j’ai renommé le répertoire /etc/cups, réinstallé tous les paquets en rapport avec CUPS sous Synaptic, puis est créé une nouvelle imprimante EPSON Stylus SX 235
via mon navigateur internet (le fait de réinstaller les paquets et de renommer le répertoire l’avait fait disparaître) à l’adresse http://localhost:631/. Tout semble se dérouler correctement, et pourtant lorsque j’imprime mon fichier de test ou une page de test (Printers>Maintenance>Print test Page), le voyant de l’imprimante clignotte mais rien ne se passe. Sous CUPS l’imprimante apparaît en “Pause, Accepting Jobs, Not Shared” et le job apparaît en “pending since …” et en reste là.
➯ Pas de nouveau test dans la période. Néanmoins j’envisage de remplacer les cartouches d’encre car un voyant me signale qu’il faudrait les remplacer. C’est une imprimante à bas coût (quelques dizaines d’euros) : l’affichage est minimaliste, juste des leds. Ce pourrait-il que le manque d’encre bloque l’impression ? A suivre …
➯ Pas de nouveau test dans la période.

(PEU IMPORTANT) Problème de prévisualisation de plusieurs polices dans le Centre de Contrôle de MATE depuis le 02/07/17.

J’avais d’abord relevé ce problème avec la police “Droid Sans Fallback”, car j’utilisais cette police en taille 10 pour tout l’affichage (Police des applications, Police des documents, …) sous mon gestionnaire de fenêtre (sauf pour la Police à chasse fixe, pour laquelle je lui préférais la “Terminus Regular 10”.
Constat : la police “Droid Sans Fallback” s’affiche correctement, mais lorsqu’on la sélectionne dans le menu (“Centre de Contrôle” puis “Apparence” puis onglet “Polices” puis “Police des applications :” puis vous cliquez sur la police en cours pour sélectionner une autre police) “Choisissez une police”, des signes cabalistiques s’affichent à la place de la prévisualisation de la police (lors de la présentation de l’exemple de texte “Voix ambiguë d’un cœur qui, au zéphyr, préfère les jattes de kiwis.”).

Mais le problème apparait aussi avec un certain nombre d’autres polices : Linux Libertine Initials, MathJax, Noto Naskh Arabic, Noto Sans xxx, OpenSymbol, PowerlineSymbols, Standard Symbols, Unifont.
Je ne les utilise pas directement, mais elles sont installées par des jeux ou utilitaires que j’utilise.

Pour le cas de la police “Droid Sans Fallback” par exemple, celle-ci est livrée avec le paquet “fonts-droid-fallback”. Il s’agit visiblement d’une police pour périphérique portable, issue de Google Android.
À présent je ne l’utilise plus (j’utilise la police “Cantarell” installée par défaut et satisfaisante), mais elle reste utilisée et installée par Wesnoth et Minetest.
C’est aussi le cas pour les polices de caractère citées ci-avant.
Elles sont installées via des paquets que l’on ne peux désinstaller sans désinstaller également les jeux et utilitaires qui en dépendent.
➯ Pas d’amélioration le 19/01/2019.

(PEU IMPORTANT) Problème de fiabilité des économiseurs d’écran sous Linux (ils ont tendance à tout faire planter), depuis l’existence d’Xorg vraisemblablement.

Pas important mais dommage. J’aime beaucoup les économiseurs d’écrans (il y en a quelques-uns assez sympa, même s’ils ne valent pas ceux de Windows, je me souviens d’un, que j’adorais, avec un graphisme tout mimi, façon dessin animé, dans lequel un gars sur son île déserte pêchait des chaussures et dormait sur son hamac lorsqu’un bateau passait au large, et plein d’autres trucs amusants que je ne me lassais pas de regarder :).
➯ Le 14/10/2018 j’ai testé les économiseurs d’écran sous Debian 64-bit et MATE : les économiseurs OpenGL ont tendance à tout faire planter (j’ai retrouvé le système bloqué à plusieurs reprises, m’obligeant à redémarrer). Je pense qu’il y aurait besoin d’un bon coup de ménage dans ces économiseurs. Pour l’instant je les ai désactivé.
➯ Pas de nouveau test dans la période.

Il reste encore quelques bugs – plus ou moins agaçants, mais, terminons sur une note positive : le plus important fonctionne. Un grand merci pour cela.

Follow / Contact us:

Comments are closed.